Rédaction de contrats en présence d’un juriste

Rédaction de contrats

Avocat fiable spécialisé dans la rédaction de contrats commerciaux

Lorsque vous concluez un contrat avec votre employé ou un partenaire commercial, il est de votre devoir de respecter votre part du marché. De la même manière, l’autre partie doit respecter les termes du contrat. Chaque contrat doit comporter des conditions claires de résiliation et de règlement des litiges. Sans une bonne compréhension des termes de votre contrat, vous pourriez facilement vous retrouver du mauvais côté de la loi.

Si vous êtes résident en Suisse, vous pouvez compter sur nos connaissances en matière de dérive contractuelle. Nous travaillons avec les employés, les employeurs, les entrepreneurs et tous les hommes d’affaires pour nous assurer que chacun reste du bon côté de la loi.
Pourquoi vous avez besoin d’un avocat spécialisé dans la dérive des contrats.

Avocat spécialisé dans les contrats d’affaires

  • Négocier pour de meilleures conditions

Lorsque vous concluez un contrat de travail ou d’affaires, vous devez avoir une personne qui considère chaque aspect de l’affaire en termes juridiques. Vous devez également comprendre vos avantages et faire pression pour obtenir de meilleures conditions avant de signer le document.

  • Prévenir les implications juridiques

Le fait de ne faire qu’une seule clause de votre contrat peut avoir de graves conséquences juridiques. La présence d’un juriste à la table des négociations vous aidera à comprendre vos responsabilités dans le cadre du contrat. Vous avez besoin d’un avocat pour vous conseiller et vous donner des instructions au cas où l’autre partie menacerait d’engager une action en justice.

  • Rédiger des contrats clairement articulés

Le processus de rédaction du contrat lui-même nécessite un. Un contrat mal rédigé peut entraîner de nombreux problèmes à l’avenir. En termes juridiques, chaque mot du contrat compte. Ne concluez pas un contrat sans faire appel à un avocat pour une interprétation claire des termes.

  • Tenez l’autre partie responsable

Lorsque vous faites appel à un avocat dans le cadre de votre processus contractuel, vous avez la garantie que l’autre partie sera mise à contribution pour respecter le contrat. Vous devez également noter que les contrats signés en présence d’un avocat sont juridiquement contraignants. Par conséquent, vous avez la garantie d’un résultat équitable au cas où la question serait portée devant un tribunal.

Choisissez le meilleur avocat en Suisse, spécialisé dans les contrats à la dérive.

Pour obtenir la meilleure représentation, vous devez faire appel aux services d’un avocat fiable. En fait, vous devriez engager un avocat qui a d’excellents antécédents et de vastes connaissances en droit local et fédéral.

Dans notre cabinet d’avocats, nous avons des années d’expérience dans le traitement de diverses questions contractuelles touchant à la fois les particuliers et les entreprises.

Notre avocat en chef, maîtrise les secrets du droit. Il entretient une relation privilégiée avec la communauté juridique, notamment avec les hauts fonctionnaires des tribunaux et les autres avocats du secteur. Si vous avez besoin d’une personne de confiance pour vos contrats, ne cherchez pas plus loin. Nous veillerons à ce que vous tiriez le meilleur parti de votre contrat dans tous les cas.

Qu’est-ce qui fait d’un accord, un contrat juridiquement contraignant ?

Une idée fausse courante est que c’est un avocat qui rend un accord juridiquement contraignant, peut-être en préparant un document d’une certaine manière ou en l’approuvant.

À l’exception de quelques rares types d’accords, pour lesquels le Parlement a légiféré des exigences supplémentaires, ce qui fait qu’un accord est légal, c’est l’existence de trois choses :
Accord

Tout d’abord, il doit y avoir un accord – une offre faite par une partie, et l’acceptation par une ou plusieurs autres.

Une offre est l’expression d’une volonté de conclure un accord, sous réserve de conditions ou de modalités. Elle peut être faite à une personne spécifique, à un groupe de personnes ou au monde entier.

Une offre n’est pas une invitation à traiter. La distinction est qu’une invitation à traiter est une invitation à faire une offre, sans avoir l’intention que la personne invitée soit liée par les conditions. Un exemple d’invitation à offrir est l’exposition de marchandises en vente dans un magasin en libre-service.

Une offre peut être retirée à tout moment, à condition que le retrait soit communiqué au destinataire de l’offre. Elle peut être communiquée par un tiers fiable, et pas nécessairement par l’auteur de l’offre.

L’acceptation doit être sans réserve et définitive.

Si une contre-offre visant à modifier les conditions est faite, l’offre initiale est considérée comme rejetée. Une offre rejetée ne peut être rétablie ou acceptée que si elle est faite à nouveau.

Une demande d’informations complémentaires sur l’offre n’est pas une contre-offre.

L’acceptation prend effet lorsqu’elle est communiquée à l’auteur de l’offre.

Il existe des règles concernant la communication de l’acceptation. Si le moyen de communication est la poste, l’acceptation prend effet au moment de l’envoi de la poste. Si le moyen de communication est instantané, comme le courrier électronique ou le message texte, elle prend effet au moment de la réception. Toutefois, si l’offre indique expressément comment l’acceptation doit être faite, elle ne peut généralement être faite que dans ces conditions.

L’absence de réponse ne peut pas être considérée comme une acceptation.

Tant l’offre que l’acceptation peuvent être faites par écrit, verbalement ou par comportement.


Un échange de valeur économique

Deuxièmement, les contrats en cours doivent avoir une contrepartie – quelque chose de valeur échangée entre les parties.

La contrepartie doit être suffisante, mais pas nécessairement adéquate. En d’autres termes, la chose donnée doit avoir une valeur économique, mais cette valeur ne doit pas nécessairement refléter la valeur que quelqu’un d’autre pourrait accepter.

Pour être suffisante, la contrepartie doit porter préjudice à la partie qui la paie, mais elle ne doit pas nécessairement profiter à l’autre partie. Elle peut aussi être donnée à un tiers désigné par celui qui la recevrait autrement.

En général, la contrepartie ne doit pas porter sur une action qui s’est produite dans le passé. Par exemple, l’argent donné à une date antérieure à celle du contrat à titre de cadeau ne peut être considéré comme une contrepartie.

Il existe des exceptions.

Une dette préexistante peut être la contrepartie d’une lettre de change. Par exemple, les chèques peuvent être utilisés pour payer un travail effectué dans le passé.

Si l’on demande à une partie d’exécuter une obligation en sachant que la partie exécutante sera rémunérée à l’avenir, cela constitue une contrepartie suffisante.


Intention de nouer des relations juridiques

Troisièmement, l’offre et l’acceptation doivent toutes deux être faites dans l’intention de conclure un accord juridiquement contraignant.

Dans les transactions commerciales, il est présumé que cette intention existe. Il est difficile de prétendre le contraire.

Les arrangements sociaux, tels que ceux entre membres d’une même famille, sont présumés ne pas avoir d’intention. Il serait incroyablement peu pratique d’être lié par chaque petite promesse de faire quelque chose pour la famille.

L’inclusion des mots « sous réserve d’un contrat » ou l’utilisation d’une « lettre de confort » rend généralement les conditions énoncées inapplicables.


Accords écrits et verbaux

En vertu du droit commun, il n’est pas nécessaire de mettre un accord par écrit pour le rendre juridiquement contraignant. Un accord informel, tel qu’un accord verbal, sera contraignant s’il comporte les trois éléments.

Le Parlement a prévu des exceptions légales à cette règle. Par exemple, de nombreux contrats impliquant la location, le transfert, les options sur et la vente de terrains, et ceux relatifs à l’emploi, ainsi que les transferts et les licences de certains types de propriété intellectuelle doivent être rédigés de manière à ce que chaque partie soit consciente de ses obligations et de ses droits. De même, les contrats de garantie doivent également être rédigés par écrit.

L’avantage d’une communication claire est l’une des raisons pour lesquelles l’anglais simple est désormais privilégié dans les documents juridiques par rapport au jargon juridique.


Capacité

Pour pouvoir conclure un contrat, aucune des parties ne doit être un enfant. Les contrats dans lesquels une ou plusieurs des parties n’avaient pas de capacité mentale (que ce soit en raison d’un handicap ou de la consommation d’alcool ou de drogues) peuvent être annulés.

Si l’une des parties est une entreprise, le contrat doit être signé par une personne habilitée à le conclure. Les administrateurs disposent généralement de cette autorité, mais pas dans toutes les situations pour tous les types de contrats. L’autorité peut être déléguée à une autre personne, comme un cadre supérieur, un avocat ou un comptable.

Si vous êtes l’autre partie, il est essentiel que vous confirmiez que la personne qui signe a un pouvoir.

Les sceaux ne sont pas nécessaires. Ils sont parfois encore utilisés pour donner à une signature une apparence plus contraignante (bien que l’apparence du document n’ait pas d’influence sur sa légalité). Toutefois, l’accès à un sceau et son utilisation indiquent souvent que la personne qui signe a bien une autorisation.


Éléments qui ne sont pas nécessaires à la conclusion d’un contrat

Seules les conditions ci-dessus sont requises. Cela rend la liste potentielle de ce qui n’est pas requis infiniment longue. Toutefois, il convient de noter ce qui suit :

L’accord ne doit pas être préparé ou approuvé par un avocat. Si c’était le cas, chaque fois que nous achetons quelque chose dans un magasin, nous aurions besoin d’un avocat.

Un avocat n’a pas besoin d’être témoin de la signature d’un document. Encore une fois, nous passons tous des contrats dans notre vie personnelle sans la présence d’un avocat. Pensez-y lorsque vous changez de fournisseur d’énergie et que vous passez un contrat avec un nouveau fournisseur.

Des structures de paragraphes compliquées et des mots qui ne sont pas utilisés dans le langage courant. L’utilisation de mots tels que « pourquoi » et « ci-après » peut donner de l’importance à un accord, mais ne le rend pas plus ou moins contraignant pour les parties

Les documents juridiques étaient autrefois rédigés en caractères d’imprimerie à empattement, en majuscules et sur du papier crème épais. Il y avait de bonnes raisons à cela. L’utilisation d’un papier de haute qualité permettait de préserver les preuves de l’accord à une époque où les documents étaient généralement stockés dans des caves humides. Les polices Serif et la capitalisation augmentaient la lisibilité du document lorsque l’impression était moins sophistiquée et que les encres pouvaient s’effacer ou couler. Mais elles n’étaient pas nécessaires à l’époque, et ne le sont toujours pas. Elles sont souvent préférées parce qu’elles donnent du poids à l’importance de l’accord pour l’une des parties.

Aujourd’hui, la plupart des gens ont accès à une imprimante domestique qui peut imprimer des photos selon des normes plus élevées que ne le pouvaient les laboratoires de développement professionnel il y a vingt ans. Un document peut être présenté de la manière que les parties préfèrent.