Augmentation mammaire gonflement

Augmentation mammaire

Augmentation mammaire

Types d’implants et d’interventions
Comme il y a plusieurs choix à faire quant au style de votre implant, il est important de discuter de vos options avec votre chirurgien.

Surface

Deux types de surface d’implant sont disponibles pour les patientes d’augmentation mammaire : lisse et texturée. Les implants texturés présentent de petites bosses à leur surface. Ces implants ont été développés dans l’espoir de réduire le risque de contracture, une complication que certaines femmes développent après une augmentation. Vous pouvez en savoir plus sur la contracture et les autres complications dans notre FAQ. Les implants lisses ont une surface lisse plutôt que bosselée. De nombreux chirurgiens préfèrent les implants lisses pour leur sensation plus douce et plus naturelle.

Remplissage

Les femmes ont le choix entre des implants remplis de gel de silicone cohésif ou de solution saline (solution d’eau salée). Les deux types de remplissage sont utilisés depuis les premiers jours de l’implantation mammaire. Contrairement aux anciens implants en silicone d’avant 1990, dont le remplissage était plus liquide, les implants modernes sont remplis de silicone dont la consistance est celle d’un “ours en gélatine”. Bien qu’il n’existe aucune preuve que l’exposition au silicone puisse provoquer une quelconque maladie chez l’homme, certaines femmes préfèrent que leurs implants soient remplis de solution saline. Dans le cas peu probable d’une rupture de l’enveloppe extérieure de l’implant, le sérum physiologique, une solution d’eau salée entièrement biorésorbable, serait simplement absorbé par l’organisme et l’implant se dégonflerait. La silicone n’est pas biodégradable et, par conséquent, une femme ne remarquerait probablement aucun changement de volume de l’implant en cas de perte d’intégrité de l’enveloppe d’un implant rempli de silicone. Pour cette raison, on recommande une IRM périodique pour confirmer l’intégrité des implants remplis de silicone. La plupart des chirurgiens et des patientes conviennent que les implants remplis de solution saline n’ont pas la sensation naturelle des implants remplis de silicone.

Forme

Il existe deux formes possibles pour les implants : en forme de larme ou ronde. En général, les implants ronds épousent le mieux la forme naturelle du sein et offrent aux femmes des résultats favorables. Les implants en forme de goutte d’eau, ou profilés, peuvent convenir aux femmes qui ont subi une ablation partielle du sein lors d’une intervention chirurgicale antérieure, comme une reconstruction par mastectomie. Les implants ronds peuvent être lisses ou texturés, tandis que les implants profilés sont toujours texturés.

Placement

Les implants peuvent être placés soit derrière le tissu mammaire, sous-glandulaire, soit derrière les muscles pectoraux, sous-musculaires. Environ 75 % des augmentations sont réalisées dans le plan sous-musculaire. Des études montrent qu’un placement sous-musculaire peut réduire le risque de contracture du tissu cicatriciel et faciliter la mammographie après l’opération. Le placement sous-musculaire offre généralement de meilleurs résultats pour les femmes minces ou les femmes qui espèrent augmenter radicalement leur poitrine. Le placement sous-glandulaire peut offrir de meilleurs résultats aux femmes dont les seins sont affaissés.

Types d’intervention

Pli inframammaire ou sous-pectoral

Cette procédure implique une incision dans le pli sous le sein et tend à permettre au chirurgien de contrôler plus directement le positionnement de l’implant. Environ 70 à 80 % des augmentations mammaires sont réalisées au moyen de la procédure du pli inframammaire. L’emplacement de l’incision permet de minimiser les effets sur les zones de production de lait du sein. La même incision peut également être utilisée si des complications surviennent ou si des interventions chirurgicales supplémentaires sont nécessaires. L’augmentation du pli inframammaire convient bien aux patientes plus âgées ou aux mères, car l’âge et la grossesse entraînent un affaissement naturel des seins. Cet affaissement naturel permet à l’incision chirurgicale d’être bien cachée pour la plupart des femmes. Les jeunes femmes, les femmes minces ou les femmes qui n’ont pas encore eu d’enfants et qui n’ont pas de pli sous les seins peuvent avoir une cicatrice plus visible avec cette procédure.

L’augmentation mammaire infection est possible si vous ne prenez pas les précautions. L’augmentation mammaire 10 ans après donne l’impression que vous aviez toujours eu ces seins. L’augmentation mammaire 1 mois, il faut consulter votre médecin pour un contrôle. L’augmentation mammaire résultat définitif est impressionnant.

Trans-axillaire

Au cours de cette intervention, une incision est pratiquée dans l’aisselle, ou axillaire, et est utilisée pour insérer un implant au-dessus ou au-dessous du muscle. Certains chirurgiens utilisent un endoscope, qui est une petite caméra à fibres optiques, pour les aider à réaliser l’intervention. Environ 10 % des augmentations mammaires sont réalisées par une procédure trans-axillaire. L’avantage de l’augmentation trans-axillaire est qu’il n’y a pas de cicatrice sur le sein lui-même. Un inconvénient potentiel de cette approche est qu’il est un peu plus difficile d’obtenir un positionnement symétrique des implants et que la correction des problèmes postopératoires nécessitera probablement des incisions supplémentaires sur le sein. En outre, il existe un risque de cicatrices épaissies qui sont visibles avec des vêtements sans manches, des maillots de bain ou lorsque les bras sont levés.

Péri-aérol

Dans cette intervention, une incision est pratiquée autour du complexe mamelon-aréole et la cicatrice tend à se fondre dans le bord de l’aréole. Étant donné que l’incision est très proche des parties du sein qui produisent le lait, les femmes qui subissent une augmentation péri-aréolaire peuvent avoir plus de problèmes d’allaitement et de sensation du mamelon après l’opération. C’est l’incision préférée des femmes ayant de très petits seins et qui n’ont pas de pli sous les seins.

Augmentation mammaire trans-ombilicale (AMTO)

Cette approche plus récente de l’augmentation mammaire utilise une incision à travers le nombril. Un endoscope, ou une petite caméra à fibre optique, passe par l’incision pour atteindre une poche sous le sein. L’implant est ensuite inséré dans ce tunnel et gonflé avec du sérum physiologique. Le AMTO n’est disponible que pour les implants salins subglandulaires. Les implants placés à l’aide de AMTO ont un risque légèrement accru d’être endommagés. Pendant la pose, les chirurgiens peuvent éventuellement creuser un tunnel sous l’un des muscles. En cas de complications ou d’interventions chirurgicales supplémentaires, il est possible qu’une incision supplémentaire soit pratiquée plus près du sein. Enfin, il arrive souvent que les fabricants n’honorent pas la garantie d’un implant s’il a été posé avec AMTO. En raison de ces problèmes potentiels, nos chirurgiens ne recommandent pas l’approche AMTO.

Pour en savoir plus : https://www.aesthetics-ge.ch/fr/traitements/chirurgie-des-seins/augmentation-mammaire/

Quelques site experts :

  1. https://leman-clinic.ch
  2. https://www.hug.ch
  3. https://www.caregeneva.com

Ce sont les mois où nous, chirurgiens plasticiens, avons le plus de travail car les beaux jours commencent, nous découvrons davantage notre corps et nous commençons à nous inquiéter. En outre, les personnes qui se font opérer souhaitent obtenir le résultat le plus rapidement possible et elles s’inquiètent souvent de ce qui nous préoccupe dans cet article Quand le gonflement des pôles supérieurs, des pectoraux, diminuera-t-il après une augmentation mammaire (augmentation des seins) ? Combien de temps dure le gonflement après une augmentation mammaire ? Quand le gonflement abdominal diminuera-t-il après une augmentation mammaire ?

Pour cela, je vous laisse deux photos sur lesquelles vous pouvez parfaitement voir le changement.

RÉSULTAT APRÈS UN AN

La réalisation d’un double plan lors d’une augmentation mammaire pour accueillir l’implant en position sous-pectorale implique toujours une certaine inflammation du muscle pectoral. Ce muscle, par ses contractions, est responsable de l’écoulement de la lymphe vers les ganglions axillaires et le fait d’être enflammé dans une certaine mesure empêche ce transit ainsi que sa propre augmentation de volume. Ainsi, il est normal que lorsque l’on analyse une augmentation mammaire après un mois, on constate que le mamelon a une très légère sensation d’affaissement et que les quadrants supérieurs du sein sont gonflés.

COMMENT ÉVOLUE L’AUGMENTATION MAMMAIRE ?

A deux mois, vous pouvez parfaitement voir comment la partie supérieure du sein a légèrement diminué son gonflement, donnant une sensation ou une illusion d’optique que le sein a tourné vers le haut.

EXISTE-T-IL DES DIFFÉRENCES ENTRE LES PROTHÈSES MAMMAIRES ?

Oui, les prothèses à projection M ou 1 nécessitent plus de temps car elles ont un gel de silicone moins cohésif que les F ou 2. Cela s’explique très facilement, si nous avons moins de gel dans la partie inférieure la compression par l’inflammation et le manque de distension de la peau le gel de silicone de l’implant ira vers la partie supérieure et donc cette zone deviendra aussi plus inflammée. Si nous avons plus de gel, l’implant sera plus consistant et il sera plus difficile pour l’implant de remplir la partie supérieure.

Il est normal que vous ressentiez un pincement des seins, une douleur lancinante et un gonflement après toute chirurgie d’augmentation mammaire avec implants et lipofilling des seins.

Dans le cas d’un lipofilling, il y a moins de douleur et d’enflure que dans le cas d’une augmentation avec des prothèses, car l’enflure est la réaction du corps pour guérir les dommages causés aux tissus à la suite de l’incision, de la pose de l’implant.

Ne vous inquiétez donc pas, c’est normal et petit à petit, au fil des jours, la douleur disparaîtra.

Qu’est-ce qu’une douleur lancinante ?

Il existe plusieurs types de douleur postopératoire : douleur lancinante, douleur aiguë et douleur chronique.

Des douleurs fulgurantes peuvent survenir immédiatement après l’opération (jusqu’à 7 jours).

Cette douleur lancinante est caractérisée par :

  • Elle apparaît de façon inattendue ou à l’improviste.
  • Elle a une durée très courte, disparaissant aussitôt qu’il est arrivé.
  • Elle peut être due à l’exécution d’un certain type de mouvement ou de posture qui produit une tension dans les tissus concernés, dans ce cas en raison de la chirurgie d’augmentation mammaire.
  • L’intensité de cette douleur peut être faible, moyenne ou forte.
  • Une douleur fulgurante ou un pincement du sein si elle dure plus de 3 mois après l’opération ou si elle est considérée comme une douleur chronique.

Cette douleur lancinante peut provenir de la peau, des muscles et des os.

La douleur aiguë ou lancinante joue un rôle positif utile, par exemple en réchauffant les tissus endommagés et en induisant une immobilisation pour permettre une guérison adéquate. En général, il a été démontré que la prise en charge de la douleur postopératoire est inadéquate.

Douleur après une opération du sein : qu’est-ce qui est normal ?

Après une augmentation mammaire, votre poitrine sera tendue et peut être un peu douloureuse.

Vous pouvez également ressentir une douleur dans les côtes, sous les seins.

Le Dr vous aidera à gérer la douleur initiale après votre mammoplastie d’augmentation en vous prescrivant des analgésiques, des relaxants musculaires et des anti-inflammatoires.

Après deux ou trois jours, vous serez probablement en mesure de réduire votre consommation d’analgésiques en vente libre, que vous pourrez prendre selon vos besoins.

En plus de la douleur initiale de l’opération, il est également fréquent de ressentir ce qui suit dans vos seins ou vos mamelons :

  • Douleurs lancinantes ou pinçantes dans le mamelon.
  • Douleurs de picotements.
  • Sensations de brûlure.
  • Engourdissement.

Ces sensations peuvent persister pendant six à douze mois après l’opération.

Si vous êtes préoccupé par le type ou l’importance de la douleur que vous ressentez à un moment donné, prenez rendez-vous avec le Dr.

Vous pouvez ressentir cette douleur dans un seul sein ou dans les deux.

Ce sont les types de douleurs qui peuvent survenir après une opération d’augmentation mammaire.

Cependant, dans la grande majorité des cas, l’apparition de l’une de ces douleurs est rare.

Combien de temps la douleur dure-t-elle après une augmentation mammaire ?

Il est normal de ressentir une certaine douleur au cours de la première ou des deux premières semaines suivant l’opération d’augmentation mammaire. Lorsqu’elle survient (le cas échéant), la douleur peut être un peu plus intense ou lancinante les premiers jours, puis disparaître progressivement.

Après six semaines, toute douleur ou sensation inhabituelle devrait avoir disparu, mais vous pouvez ressentir des douleurs lancinantes pendant six mois ou plus après l’opération.

Certaines personnes ressentent également des douleurs nerveuses, qui peuvent se traduire par des picotements, des douleurs fulgurantes, des engourdissements ou des démangeaisons, en particulier à l’endroit où l’incision a été pratiquée.

Il faut parfois un an (ou plus) pour que ces sensations disparaissent complètement. En effet, les nerfs sont souvent étirés pendant et après l’opération et peuvent mettre du temps à revenir à la normale.

Combien de jours vais-je avoir mal après une augmentation mammaire ?

En général, les jours les plus défavorables sont le 2e et le 3e jour postopératoire (le premier jour, avec l’anesthésie locale mentionnée ci-dessus et la médication intraveineuse, il n’y a généralement pas de gêne excessive). La grande majorité de nos patients s’améliorent beaucoup à partir du 4ème jour et peuvent mener une vie presque normale.

Voir aussi : ch.ch

Quel type de douleur puis-je ressentir après une opération d’augmentation mammaire ?

Raideur : le type de gêne le plus courant. Chez les filles présentant une grande laxité cutanée, typiquement dans les cas de mastopexie, il peut s’agir du seul type d’inconfort.
Douleur fulgurante : la douleur fulgurante est typique d’une contracture ou d’une gêne musculaire. Elle ne disparaît que dans les 2 ou 3 premières semaines, au fur et à mesure que le muscle guérit. Cela rappelle beaucoup le mal de dos.

Douleur brûlante/hypersensibilité dans la zone du mamelon : L’étirement excessif des nerfs sensoriels peut provoquer à la fois une anesthésie de la zone, c’est-à-dire une absence de sensation dans la zone, et une douleur brûlante. Parfois, le simple fait de porter un soutien-gorge peut être inconfortable en raison de la sensibilité de la zone. Il faut 2 semaines pour qu’il commence à s’atténuer, mais il peut falloir 6 à 8 mois pour qu’il disparaisse complètement, parfois même plus longtemps. Le seul traitement possible est la patience jusqu’à ce que le corps régénère les terminaux sensibles.
Résumé :

L’opération d’augmentation mammaire peut entraîner une certaine gêne, qui est généralement supportable et disparaît entre le 4e et le 7e jour.
Chez certains patients, l’inconfort peut être plus aigu, généralement chez ceux dont la laxité cutanée est moindre et en fonction de la taille de l’implant.
Les gênes sensibles telles que les brûlures et l’hypersensibilité peuvent mettre des mois à disparaître, le seul traitement est d’être patient et d’attendre.
Le plan subpectoral génère plus d’inconfort que le plan subglandulaire (au-dessus du muscle).

Le chirurgien doit mettre l’accent au maximum, non seulement sur le résultat final, mais aussi sur le fait que le processus soit élégant, harmonieux, propre et sans brusquerie, ce qui semble être lié, entre autres, à une moindre douleur postopératoire.