Le président de la Côte d’Ivoire n’exclura pas un troisième mandat

Alassana-ouattara-presidentiel-2020-Afriksoir-net-Cote-d-Ivoire

Le président ivoirien Alassane Ouattara a refusé d’exclure sa candidature à l’élection présidentielle de l’année prochaine en raison de spéculations sur son intention de briguer un troisième mandat, une décision qui, selon l’opposition, serait inconstitutionnelle.

« Je veux organiser le RHDP au cours du premier trimestre de cette année afin que nous puissions choisir notre candidat l’année prochaine « .

A déclaré M. Ouattara aux ministres et aux partisans du Rassemblement des Houphouètes pour la démocratie et la paix (RHDP), son parti nouvellement créé, lors d’un congrès tenu samedi au stade Felix Houphouet-Boigny à Abidjan, la capitale commerciale ivoirienne, dans le cadre d’un festival de parti.

Pour plus d’informations, visitez cet article aussi : https://www.afriksoir.net/ouattara-a-conde-je-vais-modifier-la-constitution/

Répondant à la foule en chantant « Ado, Ado », en référence à Ouattara, il a dit « Je vous donnerai ma réponse l’année prochaine ».

Alors que l’alliance au pouvoir de Ouattara a été la force politique la plus forte en Côte d’Ivoire au cours de la dernière décennie, l’acquittement récent de l’ancien président Laurent Gbagbo par la Cour pénale internationale a secoué la politique locale. Les spéculations à savoir si Ouattara, âgé de 77 ans, briguera un troisième mandat ont conduit à la scission de sa coalition gouvernementale l’année dernière.

Après que Ouattara ait d’abord dit qu’il ne se représenterait pas, il en a surpris plus d’un en disant à l’hebdomadaire Jeune Afrique l’an dernier qu’il était encore en train de décider s’il allait se présenter à nouveau. Alors que la Côte d’Ivoire a une limite de deux mandats présidentiels, le parti de Ouattara affirme qu’une constitution adoptée en 2016 a rétabli l’horloge.

« Je veillerai à ce que le parti reste au pouvoir, non seulement en 2020, mais pour les décennies à venir « , a déclaré M. Ouattara .

Un parti unifié avec le chef de l’opposition Henri Konan Bedie faisait partie de la stratégie de Ouattara pour assurer la succession. La libération de Gbagbo et une éventuelle coalition d’opposition entre son Front populaire ivoirien et le Parti démocratique ivoirien de Côte d’Ivoire pourrait galvaniser l’opposition contre Ouattara avant le scrutin présidentiel de 2020, a déclaré Adeline Van Houtte, une analyste africaine de l’Economist Intelligence Unit, dans une note envoyée par courrier.

En savoir plus : https://passionparis.wordpress.com/2019/07/16/investir-en-cote-divoire/