Chirurgie des seins

Chirurgie des seins
3 (60%) 1 vote

Mastoplastie additive (Augmentation mammaire)
La mastoplastie additive consiste à augmenter le volume du sein. Le sein est précisément un élément crucial dans la physicalité d’une femme et aide à conférer la féminité et à paraître plus attirante. Ce n’est pas un hasard si l’augmentation mammaire est l’une des interventions les plus demandées. Posséder un sein prospère peut déterminer une plus grande estime de soi ; au contraire, paraître plat et sans formes voluptueuses peut déterminer un sentiment d’inadéquation au point de constituer une limite. Beaucoup de femmes se sentent gênées de se montrer en bikini ou de partager la loge après le gymnase juste parce qu’elles souffrent de confrontation avec d’autres femmes plus belles.

CANDIDATS IDÉAUX
L’augmentation du volume des seins n’est pas l’apanage des seules femmes. Dans toutes les voies de changement de sexe, en plus de la composante psychologique (la plus importante), une série d’interventions doit être effectuée, y compris (dans la transition de l’homme à la femme) l’augmentation du volume mammaire. Ce type d’intervention convient cependant aux femmes qui veulent un sein plus volumineux, à la fois parce qu’elles partent d’une taille très petite, et dans les cas où vous vous retrouvez avec un sein vide (peut-être à la suite d’événements comme un amaigrissement important ou un allaitement naturel).

AVANT LA CHIRURGIE
L’examen préliminaire pour la mastoplastie additive consiste en l’évaluation par le chirurgien des besoins du patient. Il est très important d’essayer de comprendre les souhaits de ceux qui subissent cette opération, de donner des conseils et d’expliquer la procédure qui sera utilisée ainsi que le type de prothèse et à quoi s’attendre dans les mois à venir. Une sensibilisation adéquate est un aspect important du processus et permet d’éviter les déceptions une fois le travail terminé.

L’intervention d’augmentation mammaire ?

INTERVENTION
Il existe plusieurs façons d’augmenter le volume des seins. La technique la plus courante et la plus consolidée consiste en la mise en place de prothèses avec une enveloppe en silicone et contenant du silicone cohésif (en Europe, il est interdit de mettre des prothèses sous forme liquide). Les prothèses se distinguent par

anatomiques : ce sont des prothèses en forme de goutte à goutte qui donnent au sein un aspect plus naturel.
ronde : dont la forme est précisément ronde, c’est-à-dire d’une hauteur égale à la largeur. Elles s’adaptent très bien à un sein dont la glande mammaire est bien formée. L’augmentation de volume de ces prothèses donne un effet homogène à la poitrine, qui semble bien remplie.
La prothèse est placée dans une poche sous la glande mammaire ou sous la partie musculaire. Le choix du logement de la prothèse est dicté par plusieurs facteurs dont la quantité de peau et de graisse ci-dessus. Elles doivent être suffisantes pour assurer une bonne couverture de la prothèse greffée. Le positionnement sous-musculaire est généralement le plus satisfaisant car il cache mieux la prothèse et le sein paraît plus souple et plus naturel au toucher. Un autre avantage du positionnement sous-musculaire est la possibilité d’effectuer des examens spécifiques tels que la mammographie sans aucun problème à l’avenir. Il y a trois façons d’accéder à la prothèse. Une incision est pratiquée dans la cavité axillaire, sous l’aréole du mamelon ou dans la gorge du sein et la prothèse est insérée. Le choix de l’emplacement de l’incision est un moment important dans l’ensemble du processus, car une cicatrice mal placée peut être désagréablement visible après l’intervention. Bien que l’accès axillaire semble initialement le meilleur, il faut dire que la ptose naturelle de quelques millimètres affectant le sein crée l’endroit idéal pour cacher une cicatrice faite le long de la gorge sous le sein, mais il faut tenir compte de la position que le sein aura après chirurgie et non de la hauteur de la gorge avant elle. De plus, l’accès périaréolaire s’avère très valable car le mamelon lui-même n’est jamais uniforme et la coloration a tendance à s’estomper en périphérie, plutôt que de finir proprement, ce qui cache une cicatrice de manière excellente.
L’intervention, si elle est réalisée par un professionnel, nécessite un temps d’exécution d’environ 60 minutes, en sédation anesthésiologique assistée et sans recourir à une anesthésie générale.

Sites Internet à découvrir :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *