Botox devriez-vous vous en méfier ?

les risques du botoxDe nombreux pays occidentaux ont émis des réserves quant à l’usage de la toxine botulique de type A. Les organismes et associations qui régissent le domaine  de la santé dans ces pays ont d’ailleurs produits d’abondantes réflexions dans ce sens. Et tous ces rapports sont unanimes pour reconnaitre que le botox de ce type peut avoir des répercussions fâcheuses sur la santé des individus. Et pour un célèbre personnage affirmait que :

“La santé, c’est le plus grand des biens.” Cardinal de Bernis

Voilà pourquoi les injections de ce produit doivent toujours se faire avec beaucoup de précautions au risque de constater de. Dans certains cas, les patients peuvent se retrouver dans des situations inconfortables : difficulté pour respirer ou encore avaler de la nourriture par exemple. Pire, l’usage de ce type de produit peut entrainer des complications de l’état de santé de personnes souffrant de certains maux. Voilà pourquoi il est conseillé de toujours prendre conseil auprès d’un professionnel de la médecine générale afin d’éviter. Dans une ville comme Genève il y a de nombreux médecins qui se sont spécialisés dans les injections de toxine botulique . Entre autres l’on peut citer :   https://centre-colisee-med.fr/ ,  https://www.lipofine.com/‎  ,  https://drderhy.com/  ,  https://www.dr-laurenthalimi.com/   qui font de Liposuccion à paris . Ils vous aideront à minimiser les risques liés à l’usage du botox. Ce sont des cabinets qui font un boulot remarquable. Il n’y a qu’a lire les articles rédigés par les localiers spécialistes du domaine de la médecine esthétique pour s’en convaincre.

Par ailleurs, il peut arriver que ce produit se dissémine dans notre corps au-delà des zones dans lesquelles l’on souhaite l’injecter. Cela est certes très rare mais ça peut arriver. Dans un tel cas le sujet peut se retrouver avec  une faiblesse au niveau de certains muscles du corps. Cela peut également avoir des effets sur la respiration et l’expression orale du sujet. Et dans les cas les plus extrêmes, cela peut être une véritable menace qui peut entrainer la mort. Voilà pourquoi il est toujours recommandé de  garder le contact avec votre médecin avant et après un traitement au botox. Et dès que vous ressentez de quelconques troubles n’hésitez pas à contacter le docteur.

Et pas question de subir un traitement au botox si vous souffrez de glaucome car cette substance peut influer négativement et donc empirer le mal. Alors si vous décidez d’y renoncer ce serait un bon choix. Et pour chasser les rides vous pouvez toujours choisir l’option  galénique.

Et dernière chose que je souhaiterais noter est le fait que le botox peut causer des troubles au niveau de la respiration. Ce type de cas ne court certes pas les rues mais il a été constaté que la toxine botulinique à des effets sur l’appareil respiratoire. Les problèmes cardiaques peuvent, dans de rares situations, être au rendez-vous.

La liposuccion par ultrasons est un type de procédure de perte de graisse qui liquéfie les cellules graisseuses avant leur élimination. Ceci est fait avec le guidage d’une échographie combinée à des ondes ultrasonores pour cibler les cellules graisseuses. Ce type de chirurgie esthétique est également connu sous le nom de liposuccion assistée par ultrasons (UAL).

La liposuccion est le type d’intervention esthétique le plus courant aux États-Unis. Bien que le but soit de se débarrasser de la graisse et de sculpter son corps, la liposuccion n’est pas destinée à la perte de poids. Au lieu de cela, la procédure peut enlever de plus petites zones de dépôts de graisse qui sont difficiles à cibler avec l’alimentation et l’exercice.

Enfin en toute chose il faut savoir ne pas abuser et prendre des précautions. C’est pourquoi nous vous conseillons toujours de vous adresser à des spécialistes c’est à dire des chirurgiens esthétiques dont c’est le métier et bien sur ceux qui sont passionnés. Faites-vous vraiment suivre par ces médecins spécialisés. Merci d’avoir pris la peine de consulter cet article? Bonne chance pour la suite 

Fin de cette publication du 29/11/2019