Le système monétaire de l’époque

Rate this post

La monnaie dans l’Europe du Moyen Âge

Le système de monnaies fiduciaires nationales que nous avons connu au cours du 20ème siècle n’a pas toujours été en place et contrairement à notre volonté intellectuelle n’est pas la manière par défaut de gérer la finance et le commerce. Il s’agit simplement d’un état du système monétaire induit par des siècles de consolidation du pouvoir par des gouvernements nationaux forts. Il est cependant trop tôt pour dire si ce paysage de pouvoir a été réellement perturbé par les crypto-monnaies.

La monnaie au Moyen Âge

Mes réflexions sur le commerce, l’économie et la situation monétaire au Moyen Âge.
Une multitude de monnaies
Sterlings anglais, Deniers tournois français, Grossi vénitiens. Florins florentins, Deniers Provinois, Pfennigs de Cologne, Pennies anglaises, Augustales, Genoin. Ducats, Billons, Deniers Parisis, Quattrinos, L’écu d’or.
Ce ne sont là que quelques-unes des pièces qui circulaient dans l’Europe du Moyen Âge. Avec une telle multitude de pièces, la question du prix se pose immédiatement. Disons que sur une longue période, une monnaie locale telle que le Grossi établit un prix d’échange stable avec des produits tels que le pain et le vin. Mais ce prix peut alors être perturbé de bien des façons :

Une grande quantité d’or africain ou asiatique arrive en Europe, et toutes les pièces d’or subissent une dévaluation.
Le roi local décide qu’il veut partir en guerre ou financer son mode de vie luxueux, il frappe donc plus de pièces avec une teneur en or moindre, ce qui dévalue toutes ces pièces. D’une certaine manière, le roi frappe la pièce avec un paramètre différent de la teneur en or. Bien que les détenteurs des pièces originales conservent la forte teneur en or de leurs pièces, de nombreux marchands pourraient ne pas être en mesure de faire la différence entre les anciennes et les nouvelles pièces, et la valeur des détenteurs originaux serait donc diminuée, à moins qu’ils n’aillent jusqu’à extraire la teneur en or des pièces. Notez toutefois que l’émission de nouvelles pièces ayant la même teneur en or ne dévalue pas les anciennes pièces, contrairement à ce qui se passe avec la monnaie fiduciaire, où l’impression de monnaie provoque une inflation.

C’est comme un étalon-or à confiance réduite, où au lieu de faire confiance au gouvernement pour racheter vos dollars contre une certaine quantité d’or, vous obtenez vos CHF avec cette quantité d’or en premier lieu. Vous devez vérifier que vous avez obtenu la bonne quantité, et vous êtes toujours susceptible d’être manipulé à l’avenir, car vous ne détenez pas directement un lingot d’or ou d’argent, mais une pièce secondaire, qui établit son propre crédit et sa propre réputation parmi les marchands. Ainsi, si de nombreuses pièces dévaluées apparaissent à l’avenir en raison des manipulations des monnayeurs, votre ancienne pièce de valeur pourrait être dévaluée de toute façon en raison de la mauvaise expérience que les gens ont eue avec ses semblables dévaluées.

Comme les taux de change fixes étaient fixés par les rois locaux entre les différentes pièces, les changements tels que ceux décrits ci-dessus, qui se produisaient dans une pièce, pouvaient se répercuter sur les autres pièces.
Les périodes de l’année pouvaient introduire de grandes fluctuations dans le prix d’une pièce. Les grandes foires et les différentes saisons maritimes entraînaient des tendances à la hausse et à la baisse des prix.

Tout cela donne l’image d’un marché et de conditions financières très irrationnels. Par marchés irrationnels, je n’entends pas la notion de Kahneman ou Dan Ariely selon laquelle les gens agissent à l’encontre de ce que la théorie des jeux aurait prévu qu’ils fassent, mais plutôt dans le sens de la lutte des Lumières françaises pour unifier les systèmes métriques de poids et de distances. Il n’y avait pas de système métrique financier au Moyen Âge et les prix n’étaient pas déterminés par des marchés financiers efficaces. Ainsi, la possession d’une pièce ne garantissait pas sa valeur, et un marchand avisé devait constamment se demander si ses avoirs avaient encore de la valeur. Les petits gars des villes ou des villages qui n’avaient pas les opportunités et le savoir-faire n’avaient pas d’autre choix, dans de telles circonstances, que de se rebeller et il y a eu de nombreuses rébellions autour des questions monétaires. C’est très différent d’aujourd’hui, où les personnes qui ont le droit de vote ne considèrent généralement pas la politique monétaire comme une priorité dans leur agenda.

voir ce site https://www.credit-conseil.ch , tenu par des experts des demandes de financement en suisse.