Une histoire vrai du cashgate en Afrique

Rate this post

Cashgate

Cashgate

Bien des siècles avant, il y avait une colline en Afrique de l’Est habitée par un clan à la recherche de racines comestibles. Un groupe du clan dormait au bas de la colline et un autre groupe dormait au sommet. Les gens qui dormaient au sommet de la colline, les Phiri, étaient connus pour leur pouvoir politique. Ceux qui dormaient en bas de la colline, les Banda, étaient connus pour leur capacité à faire pleuvoir. Autrefois, ils étaient un seul clan, mais la colline les a transformés en deux. Des années plus tard, ces deux clans ont aidé à établir le pays du Malawi.
Non loin de cette même colline, bien des années plus tard, une femme de ménage surnommée Anaphiri – car sa famille était issue du clan Phiri – gagnait 48 CHF par mois pour cuisiner, nettoyer et s’occuper d’un enfant pour une famille de Lilongwe, la capitale du Malawi. Elle avait la quarantaine et passait presque tout son temps derrière le mur qui entourait la maison de la famille. Elle travaillait à plein temps pour eux depuis six mois quand, début septembre 2013, elle leur a dit qu’elle allait à des funérailles et n’est jamais revenue. Lorsqu’elle est partie, Anaphiri a emporté avec elle environ 9 000 CHF en espèces, une rançon de roi au Malawi.
Selon une version de l’histoire d’Anaphiri, elle a donné une partie ou la totalité de l’argent volé à son bon à rien de fils, qui est allé le dépenser dans les bars de Blantyre, l’autre grande ville du Malawi, comme s’il était un gros bonnet. Tout le monde dans les bars savait que le fils était complètement fauché, et leurs bavardages jaloux ont fini par atteindre la police locale. Interrogé sur l’origine de l’argent, le fils a conduit la police jusqu’à sa mère, Anaphiri, une femme de ménage de bas étage qui n’avait aucune raison de posséder trois millions de kwacha, soit environ 9 000 CHF à l’époque. La femme de chambre a déclaré à la police qu’elle avait volé l’argent à son employeur, un jeune fonctionnaire du nom de Victor Sithole.
Lorsque les autorités se sont présentées au domicile de Sithole le 7 septembre 2013, il n’était pratiquement personne. En six ans de travail en tant qu’assistant comptable au ministère du changement climatique du Malawi, il n’avait pas obtenu la moindre promotion. Il avait 27 ans et gagnait 40 000 kwacha, soit 120 CHF par mois – assez au Malawi pour louer une petite maison et payer la nourriture, l’électricité, le transport partagé et un téléphone portable. Pas assez pour posséder une voiture ou un nouvel ordinateur ou pour acheter un billet d’avion.
Jusqu’à quelques semaines avant qu’Anaphiri ne vole l’argent, Sithole et sa famille vivaient dans la zone 25 de Lilongwe, un quartier modeste de petites maisons en briques traversées par des chemins de terre inégaux. Ce n’est pas le quartier le plus pauvre de la ville – ce serait probablement Mtandire, un quartier dense où l’eau courante et l’électricité font défaut – mais c’est loin d’être le plus riche. En plus de son emploi au gouvernement, Sithole possédait un bar qui lui rapportait 100 CHF par mois. Il achetait et vendait également du maïs et d’autres cultures malawites courantes pour obtenir un revenu supplémentaire. Sithole était mieux loti que la plupart des Malawites, mais pas de beaucoup.
Puis, au cours de l’été 2013, il a soudainement déménagé la famille dans la zone 47, où les maisons ont de l’herbe manucurée, des buissons sculptés, des gardes de sécurité et de hauts murs. La Zone 47 ressemble à une version paranoïaque d’une banlieue de San Francisco. Les chefs d’entreprise, les ambassadeurs et les expatriés qui ont réussi – les 1 % du Malawi – ont tendance à y vivre. Des gens qui conduisent de belles voitures, possèdent des iPhones et dînent dans des restaurants de style occidental.
La police qui s’est rendue dans la zone 47 ce matin-là a rencontré un jeune homme vivant bien au-dessus de ses moyens ; le loyer de sa nouvelle maison s’élevait à 250 000 kwacha soit 750 CHF, soit six fois son salaire mensuel. Mais ce n’est rien comparé à ce que la police a trouvé d’autre : beaucoup, beaucoup d’argent liquide. Dans une Toyota Fortuner, la police a découvert 80 millions de kwacha soit 240.000 CHF, et dans une Toyota Vitz, 32 millions supplémentaires. En fouillant la maison, ils ont trouvé 121 000 rands sud-africains et 32 000 CHF. La police a arrêté Sithole pour possession de biens volés et possession illégale de devises étrangères. La valeur totale de l’argent découvert à son domicile s’élevait à environ 380 000 CHF. Il aurait fallu à Sithole 263 ans pour gagner cette somme avec son emploi au gouvernement.

Victor Sithole
Le Malawi est une étroite bande de pays nichée entre la Zambie, la Tanzanie et le Mozambique. Bien qu’il soit enclavé, la majeure partie de sa frontière orientale longe le lac Malawi, qui contient plus d’espèces de poissons que tout autre lac de la planète. Si l’on ne tient pas compte du lac, le Malawi a à peu près la taille du Wyoming mais la forme d’un New Jersey à bout pointu. Son climat est tropical et les températures varient du froid dans les montagnes au tempéré dans les plaines. Lilongwe, dont l’altitude moyenne est supérieure à 3 000 pieds, est confortable toute l’année, bien que les orages de la saison des pluies punissent ceux qui n’ont pas de voiture, c’est-à-dire presque tout le monde au Malawi.
Le Malawi est plus pauvre, selon la plupart des critères, que le Sud-Soudan, Haïti ou l’Afghanistan. La personne moyenne au Malawi a environ un cinquantième du pouvoir d’achat d’un Américain typique. Mais cela pourrait sous-estimer le niveau de pauvreté au Malawi.

Un rapport du Credit Suisse de 2016 a évalué la richesse moyenne d’un Malawite à 107 dollars, soit peut-être la valeur de vos baskets. Une enquête publiée en 2012 a révélé qu’un quart du pays était “ultra pauvre”, ne pouvant même pas répondre aux besoins alimentaires quotidiens minimums. Pour joindre les deux bouts, 40 % des enfants du Malawi travaillent. Alors que d’autres pays africains ont connu une incroyable augmentation des richesses au cours des dernières décennies – voir le Botswana, l’Afrique du Sud, le Ghana – le PIB par habitant du Malawi n’a augmenté que d’un Franc Suisse par an entre 1979 et 2014.
La grande majorité des 18 millions d’habitants du Malawi survivent en cultivant leur propre nourriture. Soixante-dix pour cent d’entre eux vivent sous le seuil de pauvreté international de 1,90 CHF par jour. Ils mangent rarement de la viande. Ils n’ont pas l’eau courante, l’électricité, la télévision ou l’internet. Pour eux, l’accès à des produits de base comme le sel ou le savon est toujours un défi. Les choses de base que vous et moi considérons comme acquises, où vous avez une brosse à dents et vous pouvez vous brosser les dents avec un peu de dentifrice, c’est presque un luxe dans la plupart des villages.”

Les luttes des pauvres laissent beaucoup de place aux riches du Malawi pour en profiter. Le quintile supérieur du Malawi perçoit plus de la moitié des revenus du pays. Le coût de la main-d’œuvre étant incroyablement bas, les Malawites et les expatriés les plus riches font tourner leur propre mini-économie, employant des femmes de chambre, des jardiniers, des chefs privés, des chauffeurs et des agents de sécurité, qui gagnent chacun environ 50 dollars par mois. Toute personne disposant d’un revenu modéré au Malawi engage une femme de ménage à plein temps pour l’aider à s’occuper des enfants.
Demandez à n’importe quel Malawite ce qui a causé cette extrême pauvreté, et la corruption sera en tête de liste. La corruption est une obsession pour tous les dirigeants du Malawi, y compris le président Arthur Peter Mutharika. Il a fait de l’éradication de la corruption l’un des principaux objectifs de son administration, promettant une “tolérance zéro” à l’égard des personnes reconnues coupables. Avec un parcours loin du stéréotype de l’homme politique africain, Mutharika se présente comme un partenaire idéal dans la lutte internationale contre la corruption : Il est diplômé de l’Université de Londres et de Yale, et a passé 39 ans comme professeur de droit à l’Université de Washington à St. Louis.
Au cours des dernières décennies, nous avons lentement fait de la corruption notre culture – notre mode de vie. Ce que nous voyons aujourd’hui est le résultat de ce que nous avons semé au fil des décennies. C’est à nous, en tant que nation, d’enrayer cette culture et de ne jamais transmettre cette maladie à nos enfants. En tant que gouvernement, nous ferons notre part !
En janvier 2017, j’ai rencontré un homme nommé Paul Mphwiyo à l’hôtel Crossroads, un lieu de rencontre populaire pour les hommes d’affaires haut de gamme à Lilongwe. Mphwiyo est un quadragénaire musclé, à la barbe étroite et grisonnante et au crâne rasé. Sa joue droite est anormalement gonflée, comme s’il suçait une boule de gomme. Il a grandi dans le sud du Malawi, dans la région de Zomba, et est titulaire d’un MPA en gestion de la politique économique de l’université de Columbia. Il a passé la majeure partie de sa carrière à travailler pour le gouvernement du Malawi au département du Trésor. Il a également travaillé pour la Banque mondiale pendant un an en tant que consultant au sein de leur unité d’intégrité financière, aidant à suivre les mouvements des pirates somaliens. Mphwiyo – prononcez mm-pwee-yo – n’avait jamais parlé à la presse, mais il a accepté de me rencontrer et de raconter l’histoire de la nuit de 2013 où il s’est fait tirer dessus.
Mais d’abord, il devait me parler de son travail. Trois mois avant le raid sur la maison de Sithole, Joyce Banda, alors présidente du Malawi, a convoqué Mphwiyo, qui était directeur adjoint des affaires économiques au ministère des Finances. Elle voulait mettre fin aux vols du gouvernement, m’a-t-il dit, et voulait savoir s’il était à la hauteur de la tâche. Mphwiyo a dit à Banda qu’il connaissait le fonctionnement des systèmes gouvernementaux et qu’il serait heureux de la conseiller. En juillet 2013, Banda l’a nommé directeur du budget au ministère des Finances du Malawi. Elle l’a fait venir, m’a-t-il dit, spécifiquement pour mettre fin à la fraude au sein du gouvernement. Mphwiyo a rapidement remarqué que le gouvernement dépensait beaucoup plus que ce que le trésor public avait autorisé. L’image globale était un énorme écart.
Quelques mois après avoir commencé son nouveau travail, et six jours après la descente de police au domicile de Sithole, Mphwiyo prenait un verre dans un bar appelé Africana, dans un quartier branché de Lilongwe. Il a bu deux ou trois Heineken avec un ami, s’est rapidement arrêté dans un autre bar, puis est rentré chez lui vers 22 heures.
À ce moment-là, il avait reçu des menaces liées à son nouveau poste, notamment de la part d’associés de ministres du gouvernement qui voulaient que Mphwiyo utilise son rôle pour faire avancer des paiements illicites. Il a refusé, dit-il, mais il n’était pas inquiet. Comme toute personne dans le pays disposant d’un minimum d’argent, il vivait dans une maison sécurisée avec un garde 24 heures sur 24 pour éviter les petits vols. La maison se trouve dans un quartier chic et sécurisé. De plus, le Malawi n’est pas un pays violent.

Dans l’indice mondial de la paix, il est classé juste au-dessus de la France et en dessous de la Corée du Sud. Malgré toute sa pauvreté, le Malawi a un taux d’homicides inférieur à la moitié de celui de la Suisse. Mphwiyo n’a donc pas pris les menaces au sérieux.
Les principaux matériaux de construction au Malawi sont connus sous le nom de briques brûlées – moulées à partir d’argile rouge, laissées au soleil pour sécher, puis empilées dans un grand four, dans lequel de nouvelles briques sont brûlées et durcies. Vous voyez des piles de ces briques partout au Malawi, partout où une nouvelle maison est construite. Il y avait un grand tas de briques brûlées sur le terrain adjacent à la maison de Mphwiyo.
Juste avant d’arriver chez lui, Mphwiyo a appuyé sur le bouton de la télécommande de son portail, qui a mis environ 30 secondes à s’ouvrir. Alors qu’il s’approchait du portail encore ouvert, Mphwiyo a vu un groupe d’hommes sortir de derrière les briques. Il faisait sombre, mais il a reconnu au moins deux des hommes et s’est demandé si leur voiture était tombée en panne. Un troisième homme, à quelques mètres de là, tenait une arme de poing. Soudain, il a entendu des bruits forts, a senti un engourdissement dans son visage et a vu du sang suinter de sa joue droite. Il avait reçu trois balles. “C’était assez rapide”, m’a dit Mphwiyo. “Pah, pah, pah !”
Son visage se déchirait littéralement, mais il avait toujours la force de conduire. Le portail n’était pas encore complètement ouvert, alors il a enfoncé la voiture, une Mercedes GL500 SUV, à travers. Ses agresseurs sont partis, mais ils ont probablement cru qu’il était mort. Mphwiyo a reçu deux balles dans le côté droit du visage et une dans l’épaule droite. Sa gorge gonflait rapidement et l’air ne pouvait pas passer. “Je m’étouffais”, a-t-il dit. “J’étouffais à mort.”
Sa femme a entendu le bruit et l’a conduit dans une clinique médicale privée, toujours en chemise de nuit. À l’arrière de la voiture, la fille de Mphwiyo, âgée de 13 ans, a tenu une serviette sur son visage pour absorber le sang. À la clinique, le médecin a dit à Mphwiyo que s’il était arrivé cinq minutes plus tard, il serait mort. Il a été rapidement transféré à l’hôpital public de Lilongwe, Kamuzu Central. Les médecins y ont pratiqué une trachéotomie, dégageant les voies respiratoires pour qu’il puisse respirer par un trou dans le cou. Les balles avaient arraché des dents, des os et de la peau, et sa mandibule n’était pas à sa place et contenait encore des fragments de balle. Après 16 heures passées aux soins intensifs, Mphwiyo a été transporté par avion en Afrique du Sud pour subir une chirurgie réparatrice. Lorsqu’il a été clair que Mphwiyo allait vivre, le président Banda a qualifié cette attaque “d’attaque planifiée et ciblée visant à le réduire au silence, lui et le gouvernement, dans la lutte contre les niveaux élevés de corruption et de fraude”.
Les médias malawites ont rapporté que la fusillade était liée aux “mesures anti-corruption sévères prises par Mphwiyo au sein du système gouvernemental.” Le Guardian a déclaré que Mphwiyo serait le “№1 témoin de l’État” contre les auteurs d’un vaste réseau de vols gouvernementaux. Trois mois après la fusillade, lorsqu’il est rentré au Malawi avec son visage encore en train de cicatriser, les Malawites ont exprimé leur soulagement que Mphwiyo soit enfin de retour pour raconter ce qui s’est passé. Banda, lui aussi, a ajouté : “Seul Mphwiyo peut nous dire la vérité.”
Il n’était directeur du budget que depuis trois mois, mais durant cette période, Mphwiyo m’a dit qu’il avait vu beaucoup de vols. Il a dit qu’il y avait des paiements illégitimes demandés par des ministres de premier plan. Et il a vu non seulement des individus effectuer de mauvais paiements, mais aussi des cartels en concurrence les uns avec les autres pour voler l’argent public. Il semble que ces cartels voulaient sa mort et l’arrêt de ses enquêtes. “L’ensemble du gouvernement du Malawi est une entreprise criminelle”, m’a dit Mphwiyo. “C’est ce que j’ai découvert”.

L’attaque contre Mphwiyo, une semaine seulement après la découverte de l’argent au domicile de Sithole, a marqué le début de l’obsession des médias malawites pour ce qu’ils ont appelé le Cashgate. C’est aussi le début d’une série d’arrestations de fonctionnaires, notamment du Bureau du comptable général, du ministère du Tourisme, du ministère des Terres et du ministère du Genre, de l’Enfance, du Handicap et de la Protection sociale. Toutes ces arrestations ont fait la une des journaux et ont été lues par les partenaires de développement du Malawi.
Les répercussions ont été réelles pour les Malawites. Les donateurs étrangers fournissaient 40 % du budget du gouvernement, et le montant de l’aide apportée au Malawi était presque équivalent à la totalité de la production économique du pays. Dans les semaines qui ont suivi la fusillade, les donateurs ont annulé un soutien budgétaire direct au gouvernement du Malawi estimé à 150 millions de Francs Suisse. Personne ne voudrait mettre de l’argent dans un seau qui a des trous et qui continue de fuir. Lorsque le Royaume-Uni a retiré 17 millions de livres sterling de fonds budgétaires soutenant principalement des programmes de santé et d’éducation, Michael Nevin, le haut-commissaire britannique au Malawi, a déclaré : “Nous voulons que [le] gouvernement mette de l’ordre dans sa maison en mettant en place des systèmes qui ne permettront pas le chapardage de fonds publics.”Une grande partie du fardeau du scandale du Cashgate est retombée sur Banda, une coqueluche internationale, et seulement la deuxième femme à avoir jamais dirigé un pays africain. En 1981, Banda a pris ses enfants et quitté un mari violent, un acte peu commun au Malawi à l’époque. En tant que mère célibataire, elle a appris à quel point la vie des femmes était difficile dans son pays. Grâce à son sens des affaires et à son refus de se plier aux hommes puissants, elle est devenue une force pour les droits des femmes. En 1989, elle a fondé l’Association nationale des femmes d’affaires, une organisation à but non lucratif visant à donner des moyens d’action aux petites entreprises féminines. Pour ce travail, elle a reçu en 1997 un prix du Hunger Project pour avoir contribué à l’élimination durable de la faim en Afrique. Elle a utilisé le prix de 50 000 CHF pour créer la Fondation Joyce Banda et continuer à éduquer les femmes et les enfants pauvres. Lorsqu’elle se lance dans la politique, elle dispose d’un solide réseau de base et d’un lien profond avec les pauvres des zones rurales du Malawi.
En 2004, elle a été élue au Parlement et, en 2005, elle est devenue ministre de l’égalité des sexes et de la protection de l’enfance sous la présidence de Bingu wa Mutharika, le frère aîné de l’actuel président du Malawi. En 2009, Mme Banda s’est présentée aux côtés de M. Bingu – un économiste et ancien directeur de la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique – dans sa campagne de réélection. Ils ont remporté une victoire écrasante et elle est devenue la première femme vice-présidente du Malawi. Trois ans plus tard, Bingu a une crise cardiaque et meurt. Joyce Banda se voit confier la direction du pays.
Banda commence du bon pied avec une grande partie de la communauté internationale. Elle a vendu le jet présidentiel de 12 millions de Francs Suisse acheté par son prédécesseur, ainsi qu’une flotte de 60 voitures de luxe. Par solidarité avec un programme national d’austérité controversé qu’elle a mis en œuvre, elle a réduit son propre salaire de 30 %. Sur les conseils du Fonds monétaire international – conseils que Bingu avait ignorés – elle a dévalué la monnaie du Malawi d’un tiers. La secrétaire d’État américaine Hillary Clinton s’est rendue au Malawi et a fait l’éloge des réformes. La Banque mondiale et la Millennium Challenge Corporation ont approuvé des subventions d’un montant de 500 millions de Francs Suisse pour montrer leur soutien aux programmes de la dirigeante tant louée. Le message qu’elle envoie est que le leadership fondé sur des principes au profit du peuple est la bonne chose à faire. Elle se soucie du peuple, alors que beaucoup de dirigeants africains se soucient davantage d’eux-mêmes.

Mais la lune de miel au pays a été de courte durée. Un an après que Banda soit devenue présidente, Anaphiri a volé l’argent de Sithole, Mphwiyo a été abattu et le Cashgate a éclaté. En octobre 2013, sous la forte pression des donateurs européens, Banda a limogé l’ensemble de son cabinet, déclarant aux journalistes par l’intermédiaire d’un porte-parole que c’était pour s’assurer que les ministres qui pourraient être impliqués n’interfèrent pas avec la police dans les enquêtes. Lors d’une conférence de presse ce même mois, elle a déclaré : “Je suis déterminée à combattre la corruption et la fraude partout où elles existent, et elles seront exposées.”
Elle a tenu parole. En novembre, 48 fonctionnaires – dont beaucoup travaillent à des niveaux élevés et au moins un dans le bureau du président – ont été arrêtés et les comptes de 60 entreprises privées affiliées au gouvernement ont été gelés. Pour remettre de l’ordre dans la maison, le cabinet comptable londonien Baker Tilly a été chargé de déceler des irrégularités dans les dépenses publiques au cours des six mois précédant la découverte de l’argent liquide au domicile de Sithole. L’audit médico-légal a trouvé 15 milliards de kwacha soit dans des transactions gouvernementales qui avaient été frauduleuses ou supprimées du système. Il a également trouvé neuf autres milliards de kwacha qui étaient “à risque” d’être frauduleux, notamment des transactions en devises étrangères retournées, des achats douteux par la police du Malawi et des paiements pour des fournitures qui semblaient surévaluées.
Au total, Baker Tilly a découvert que plus de 24 milliards de kwacha, soit 73 millions de Franc Suisse, ont probablement été volés au gouvernement au cours de ce seul semestre. Pour illustrer le caractère flagrant du vol, les auditeurs ont décrit un seul retrait de l’argent du gouvernement volé qui, s’il était empilé les uns sur les autres, “donnerait naissance à une tour de billets de banque de plus de 400 pieds de haut”. Personne à la banque privée n’a même signalé que la transaction était suspecte.
Les Malawites, bien que furieux, n’ont pas été du tout surpris par ce vol. Il était de notoriété publique que de nombreux employés du gouvernement vivaient bien au-dessus de leurs moyens. Un employé de niveau intermédiaire reconnu coupable d’avoir volé 63 millions de kwacha avait construit une énorme maison à côté de champs de maïs où les agriculteurs travaillaient pour quelques centimes. Un quartier entier de Lilongwe, où d’autres maisons gigantesques ont été construites, a bientôt été baptisé Cashgate City. “Nous savions qu’il y avait de la corruption. Nous ne savions simplement pas de quel type – l’ampleur de cette corruption”, m’a dit Reinford Mwangonde, l’ancien directeur exécutif de Citizens for Justice, un groupe de défense malawite. “Le Cashgate a tout simplement mis cela en lumière”.

Un manoir dans “Cashgate City”
“C’est l’ampleur qui m’a choqué plus que le fait que cela se produise. Cela semblait si bien orchestré. Et juste l’impunité de tout cela, que les gens ne se souciaient tout simplement pas d’une manière ou d’une autre.
Comme les voleurs ont été pris en charge par la police, les tireurs présumés l’ont été aussi. En novembre 2013, cinq personnes ont été arrêtées pour le complot visant à assassiner Paul Mphwiyo. Parmi elles se trouvait Ralph Kasambara, un éminent avocat qui avait été deux fois procureur général du pays et avait travaillé comme ministre de la Justice de Banda. Mpwhiyo a déclaré à la police que Kasambara avait fait pression sur lui pour qu’il approuve des paiements fictifs à des sociétés appartenant à des amis de Kasambara. Mphwiyo a déclaré que Kasambara était l’un des visages qu’il a vu sortir précipitamment de derrière les briques brûlées.
En septembre 2013, juste au moment où le Cashgate a atteint le radar médiatique, des chercheurs du Chancellor College, qui fait partie de l’Université du Malawi, étaient en train de mener une enquête sur la corruption au Malawi. Les résultats étaient désastreux. Après le prix élevé des denrées alimentaires, les Malawites considéraient la corruption comme le principal facteur freinant le développement du pays. Les citoyens, les entreprises et les fonctionnaires ont largement l’impression que l’incidence de la corruption s’est aggravée et que sa fréquence a augmenté. Presque toutes les personnes interrogées estiment que la corruption dans le pays est “un problème très grave.”
Fin 2013, le président de la Banque mondiale, Jim Kim, a déclaré : “Dans le monde en développement, la corruption est l’ennemi public №1.” Plus d’un milliard de personnes paient un pot-de-vin pour obtenir des services publics chaque année, le plus courant étant les soins de santé. Parmi les autres secteurs où les pots-de-vin sont répandus figurent l’éducation, l’application de la loi et les tribunaux – en d’autres termes, les institutions qui permettent à la société de fonctionner. Et les perdants de la corruption sont naturellement ceux qui se trouvent au bas de l’échelle, que ce soit dans les pays développés ou en développement. Charles Kenny écrit dans son livre Results Not Receipts que “la corruption est fréquemment régressive ; les pauvres sont amenés à verser des pots-de-vin avec une plus grande régularité, souvent pour avoir accès à des services qui devraient être gratuits.”
Je me suis entretenu avec Matthew C. Stephenson, professeur à la faculté de droit de Harvard, qui dirige le Global Anticorruption Blog. Contrairement aux formes plus grises de corruption qui peuvent avoir des retombées positives – comme payer un pot-de-vin pour voir un médecin – il a qualifié le Cashgate de cas simple. Les gouvernements doivent dépenser de l’argent pour des choses comme la santé publique, en particulier dans les pays en développement très pauvres. Et lorsque cet argent est volé, cela signifie qu’il n’est pas disponible pour être dépensé sur un certain nombre de services publics ou d’autres choses qui sont vraiment importantes pour atténuer la pauvreté et promouvoir le développement.
Richard Record, un économiste de la Banque mondiale basé à Lilongwe, m’a dit que le Cashgate, et surtout le retrait de l’argent des donateurs qui en a résulté, a provoqué une rupture dans la gestion des finances publiques. Le gouvernement n’était pas équipé pour réagir rapidement à un déficit aussi important et devait encore couvrir les dépenses de base, comme les salaires et les factures d’électricité. Il a donc emprunté à l’intérieur du pays, ce qui a accéléré l’inflation et fait augmenter les prix de tout. Le pays s’est retrouvé coincé dans ce cercle vicieux de déficits importants et d’emprunts élevés. Record. “L’ensemble du système s’est en quelque sorte effondré sous l’effet du choc.
Cette situation est survenue au pire moment possible. Début 2015, le Malawi a connu de graves inondations qui ont déplacé plus de 350 000 personnes, en ont tué 176 autres, et ont détruit des cultures, des routes, des écoles, des dispensaires et des maisons. Presque immédiatement après, le temps s’est inversé et le pays a connu une grande sécheresse. Cette dernière a provoqué une pénurie alimentaire qui a touché 6,5 millions de personnes et l’état d’urgence.
La population du Malawi devrait doubler au cours des deux prochaines décennies. Cela ne fera qu’accroître la pression sur un pays qui a déjà du mal à nourrir sa population et à assurer les fonctions gouvernementales les plus élémentaires, comme le pavage des routes et l’approvisionnement en eau potable.
Pour voir à quoi ressemble une absence totale de services publics, j’ai visité un village appelé Kupeta 2. Le village compte 78 familles vivant dans des maisons en briques brûlées avec des toits d’herbe séchée. Ils cultivent du maïs et des arachides, et beaucoup de tabac. Une grande partie des terres entourant le village s’enfoncent facilement dans les marécages, et les prix du tabac ont baissé, de sorte que les revenus sont faibles. Bien que situé à seulement 30 kilomètres de Lilongwe, où les élites fréquentent les casinos, les restaurants italiens, les spas et un stade de football de 70 millions de Francs Suisse, Kupeta 2 n’a pas d’électricité, pas d’eau courante et pas de voitures. “Le gouvernement fait beaucoup de promesses. Pendant les élections, ils viennent et promettent beaucoup de choses. Nous allons faire ceci. Nous allons faire ceci, nous allons faire cela pour vous en tant que communautés”. Mais en fin de compte, ils ne fournissent pas ces choses”, m’a dit l’un des hommes de Kupeta 2. “Il y a un lien direct [entre le Cashgate et la pauvreté] parce que l’argent qui est volé est censé être utilisé pour des travaux de développement. … Quand il y a une crise humanitaire, par exemple, il y a la faim dans le village. Cet argent est censé acheter de la nourriture pour les gens”.

La source d’eau de Kupeta 2
Kupeta 2 avait un puits en état de marche, creusé par une association à but non lucratif il y a des années. Mais lors de ma visite, il était à sec. La source d’eau était une flaque d’eau au milieu d’un champ de tabac boueux. Elle ressemblait à l’empreinte d’un tyrannosaure. L’eau qu’elle contenait était laiteuse, presque opaque. Les femmes plongeaient des récipients en plastique dans le trou afin de recueillir l’eau pour boire, nettoyer et se baigner.
La corruption draine l’argent des écoles, où l’on peut trouver 200 enfants assis autour d’un arbre, sous la direction d’un enseignant sous-payé, et où des élèves épuisés tentent d’apprendre avec un seul repas par jour. Seuls 17 % des Malawites entrent au lycée. La corruption affaiblit les hôpitaux, où les médecins sont rares et manquent des médicaments les plus élémentaires, où les enfants meurent d’affections évitables causées par la diarrhée, la malnutrition et la malaria. Un enfant sur 16 meurt avant son cinquième anniversaire au Malawi. La corruption vole les maternités, où des milliers de femmes meurent en accouchant chaque année à un taux 20 fois supérieur à celui de la plupart des pays riches. La corruption s’empare de l’argent qui aurait pu servir à acheter de l’électricité, dont 96 % des Malawites des zones rurales sont dépourvus.
Nous avons un système éducatif qui s’effrite. Nous avons un système de santé qui a cessé de fonctionner. Pratiquement à chaque étape, à chaque niveau de gouvernance, l’histoire est la même. Il n’y a pas d’argent, mais l’argent a été volé. Il n’y a pas d’argent, l’argent a été volé. Le coût d’opportunité en termes de biens et de services publics est énorme pour ce pays. En termes d’argent dépensé, nous pouvons voir les vides maintenant, mais je pense que l’effet à long terme est encore plus désastreux parce que nous finirons avec une nation plus malade parce que nous ne pouvons pas soutenir les services de santé. Le Cashgate a été si dévastateur que nous continuerons à faire face à ses conséquences pendant la prochaine décennie.
En octobre 2014, plus de 70 personnes avaient été arrêtées dans le cadre du Cashgate, les enquêtes étant menées par le Bureau anticorruption. Malgré les arrestations, qui se poursuivent encore aujourd’hui, l’ACB a été critiqué sans cesse dans les médias malawites. Presque tous ceux à qui j’ai parlé m’ont dit que le principal organisme chargé de lutter contre la corruption au Malawi était lui-même corrompu.
Il a dépeint un bureau qui est complètement à la merci de la branche exécutive, indépendamment de qui est au pouvoir. Dans son état actuel, l’ACB est déstabilisé, incapable de fonctionner et a tendance à servir les intérêts du gouvernement en place et pas nécessairement les désirs du public. Comme le directeur et le directeur adjoint de l’ACB sont tous deux nommés par le président, ils “doivent danser au rythme de l’exécutif ou risquer d’être licenciés”.
Lorsque je me suis entretenu avec Chingaipe, il m’a dit que “l’inefficacité du bureau a donné l’impression que l’on pouvait s’en tirer à bon compte. Cela a donc créé une incitation perverse qui encourage la corruption.”
J’ai parlé avec un ancien enquêteur de l’ACB, Z. Allan Ntata, qui a déclaré que l’ACB fait du bon travail, mais qu’il est limité par la volonté du président, qui peut choisir les affaires sur lesquelles il enquête. Ils ont beaucoup d’affaires car la corruption est partout. La question est de savoir quelle est l’ampleur de ces affaires ? Qui est impliqué ? Combien d’entre elles sont réellement des affaires qui comptent ? Il n’y en a presque pas. Ils ont des dossiers et des fichiers qui sont enfermés.
Les Norvégiens, troisième plus grand donateur bilatéral du Malawi, ont soutenu financièrement l’ACB pendant 15 ans, jusqu’à l’année dernière. Lorsque j’ai parlé avec Kikkan Haugen, l’ambassadeur norvégien au Malawi, en janvier dernier, il a donné plusieurs raisons pour l’arrêt de ce soutien après tant d’années, mais l’une d’entre elles est ressortie : “L’interférence politique dans le travail de l’ABC”. Le directeur de l’ABC refusait d’enquêter sur les affaires susceptibles d’impliquer le gouvernement. (Le directeur de l’époque, Lucas Kondowe, a depuis quitté l’ACB.) La vraie preuve de dévouement [à] la lutte contre la corruption, nous ne la verrons que lorsque nous verrons le gouvernement enquêter sur ses alliés politiques, et pas seulement sur ses adversaires politiques.

 

Pour en savoir plus sur le cashgate : https://www.credit-conseil.ch/fr/cashgate.html